Lexique de l’investissement sur les marchés financiers

Lexique de l’investissement sur les marchés financiers

Investir dans l’immobilier, c’est top. Mais dans une stratégie de diversification de ses investissements et placements, ce n’est pas suffisant. 

Il faut donc penser à diversifier tant dans l’immobilier (marché, type de biens, mode d’exploitation) qu’hors immobilier.

Les marchés financiers constituent à mon sens le meilleur investissement après l’immobilier, notamment pour son accessibilité et ses points communs avec l’immobilier. 

Le principal avantage réside dans les intérêts composés, tandis que l’inconvénient majeur est qu’on ne peut jouer avec l’effet de levier bancaire pour investir. 

Autrement dit, l’argent en jeu ne peut être que le nôtre, et celui pas des banques comme pour l’investissement immobilier. 

Actif financier

Titre ou contrat, généralement négociable sur un marché financier, dont la forme varie : de la plus simple (action, obligation, …), à la plus complexe (option, warrant, bon de souscription, …). L’actif financier est susceptible de produire un revenu. Lors de sa revente, un gain ou une perte peut être constaté.

Action

Titre de propriété qui représente une partie du capital de l’entreprise qui l’a émis. L’action peut rapporter un revenu (le dividende) et donne à son propriétaire un droit de vote en assemblée générale. Les actions peuvent être cotées en bourse. C’est un placement risqué : sa valeur peut fluctuer à la hausse comme à la baisse.

Chaque action représente une part de chaque entreprise. Acquérir une action revient alors à acheter une partie de l’entreprise. 

La détention d’action ouvre droit aux dividendes ; et son prix varie selon l’offre et la demande. 

Arbitrage

Opération qui consiste à vendre un titre pour en acheter un autre. Ce vocabulaire est utilisé notamment dans la cadre d’un contrat d’assurance vie en unités de compte (UC) pour désigner un changement de la répartition des investissements entre les supports d’investissement (les UC qui sont souvent des FCP ou des SICAV).

Avis d’opéré

Après l’exécution de l’ordre de bourse (achat ou vente), un avis d’opéré, c’est-à-dire un compte rendu, est obligatoirement adressé par l’intermédiaire financier au donneur d’ordre (l’investisseur). Ce document récapitule les conditions d’exécution de l’ordre passé : la nature de l’ordre exécuté, son montant, sa date et les conditions tarifaires de son exécution. Ce document peut être utile en cas de réclamation.

Bourse

Marché financier où se vendent et s’achètent des instruments financiers (actions, obligations, etc.), la bourse est l’une des sources de financement de l’économie. Elle permet aux entreprises, aux collectivités locales et à l’Etat, en émettant des actions ou des obligations, de se procurer des fonds pour financer leurs investissements.

Carnet d’ordres (actions)

Pour un titre coté et à un moment donné, répertorie les souhaits d’achat et de vente des autres investisseurs. Il est ainsi possible de visualiser les meilleures offres et les meilleures demandes (à quels prix), ainsi que le nombre de titres demandés et offerts (pour quelles quantités), ce qui donne une indication sur la liquidité du marché pour ce titre.

Code ISIN

Code utilisé pour identifier un instrument financier (action, obligation, fonds d’investissement…). Ce code ISIN (International Securities Identification Number) est composé de deux lettres indiquant le pays d’émission du titre (FR pour la France) et de dix chiffres propres à chaque titre. Il est délivré par la société EUROCLEAR qui assure en France le rôle de dépositaire central.

Code mnémonique

Code comportant quelques lettres, généralement trois. Il reprend souvent des initiales contenues dans le nom de la société. Étant unique pour une société, il simplifie aussi le passage d’ordre et évite le risque d’erreur de saisie. (exemple : ORA est le code mnémonique de l’entreprise orange, MC est celui de LVMH).

Contrat à terme

Contrat entre deux personnes qui s’engagent à acheter (l’acheteur du contrat) et à vendre (le vendeur) une quantité déterminée d’actifs (matières premières, actions, obligations, etc.) à un prix fixé pour une livraison et un règlement à une date future, également spécifiée dans le contrat.

Devises

La devise est l’unité monétaire d’un pays. Dans la zone euro, la devise est l’Euro (EUR). Les devises les plus connues sont : le Dollar américain (USD), le Franc suisse (CHF), la Livre sterling (GBP), ou encore le Yen japonais (JPY). Une devise est émise par une banque centrale, qui en assure le contrôle. Le cours d’une devise par rapport à une autre varie en permanence. C’est sur ces fluctuations que s’effectue la spéculation sur le Forex.

Diversification

Répartition au sein d’un portefeuille entre différents types de titres financiers (actions, obligations), différentes régions géographiques, différentes monnaies et différents secteurs d’activité. La diversification réduit le risque de perte d’un placement. 
La diversification d’un patrimoine entre plusieurs placements de nature et de risque différents a également pour objectif de réduire le risque de diminution de la valeur de ce patrimoine.

Dividende

Partie du bénéfice d’une société distribuée aux actionnaires. Ce revenu, issu d’un placement en titres de capital comme les actions, est généralement versé chaque année et varie en fonction des bénéfices réalisés par l’entreprise. Son montant est voté chaque année lors de l’assemblée générale des actionnaires.

Effet de levier

L’effet de levier est une technique financière qui amplifie (multiplie) les mouvements des marchés. Pour en bénéficier, l’investisseur a recours à l’endettement ou à des produits dérivés. En cas de baisse brutale des marchés, l’investisseur peut perdre plus que sa mise initiale.

Frais de courtage (actions)

Frais prélevés par les intermédiaires boursiers sur les ordres de bourse passés par leurs clients. Le plus souvent, ils sont calculés proportionnellement au montant de l’ordre passé. Ils sont parfois proposés sous forme de montants fixes (forfaits). Ces frais varient en fonction de l’intermédiaire, du montant des opérations effectuées, du canal de passation des ordres (internet, téléphone ou agence) et en fonction du marché (actions, obligations ; Euronext Paris, Bourse de Francfort, de Londres…).

Horizon de placement

Durée souhaitée du placement à souscrire. Avant de placer son argent, chaque épargnant doit s’efforcer de bien définir son objectif d’épargne. L’horizon de placement découle de cet objectif. Pour un investissement en bourse, c’est la durée minimale pendant laquelle il faut prévoir de ne pas avoir besoin de l’argent placé.

Indice boursier

Un indice boursier mesure l’évolution des cours de bourse d’un échantillon de sociétés cotées. Il rend compte de la tendance générale d’évolution d’un marché, d’un secteur ou d’une catégorie de sociétés. Euronext Paris SA calcule plusieurs indices boursiers, comme le SBF 120 ou le CAC 40.

Instrument financier

Ensemble des titres et contrats financiers : les actions, les titres de créances (dont les obligations), les parts d’organisme de placements collectifs, les options, les warrants, etc.

Intérêt

L’intérêt rémunère un prêt d’argent ou un placement en titres de créances (une obligation par exemple…). Il résulte de l’application d’un taux d’intérêt. Les taux d’intérêt peuvent être fixes ou variables.

Intermédiaire financier

Pour vendre ou acheter des placements financiers, les investisseurs doivent s’adresser à un professionnel : l’intermédiaire financier. Il peut s’agir d’une banque, d’une entreprise d’investissement, d’un courtier en ligne, d’une société de gestion, d’un conseiller en investissement financier, etc. Son statut conditionne les services qu’il est autorisé à proposer à l’investisseur (par exemple : réception/transmission d’ordres, conseils en investissement, tenue de comptes, etc.).

Liquidité

Un marché ou un titre est liquide lorsque les transactions (achat-vente) s’effectuent de façon fluide, sans forte variation de cours, en raison de l’abondance des titres négociés. Un marché « liquide » est donc un marché sur lequel il est facile de vendre à un prix proche du prix affiché.

Marché financier

Un marché financier est un marché sur lequel peuvent être échangés des actifs financiers (actions, obligations, devises, produits dérivés, etc.) à des prix reflétant l’offre et la demande.

Il s’agit donc du lieu de rencontre des acheteurs et des vendeurs de valeurs mobilières (actions, obligations, ETF …).

Objectif d’épargne

But pour lequel l’épargnant constitue son épargne (par exemple la constitution d’un capital pour la retraite). En fonction de cet objectif, les solutions d’épargne adaptées diffèrent. Il est donc important de clarifier ses objectifs d’épargne afin de choisir un produit qui correspond réellement à ses besoins. Voir aussi : horizon de placement.

Obligation

Une obligation est une part d’un emprunt émis par un émetteur, c’est-à-dire une entreprise, une entité du secteur public ou l’État. Un investisseur en obligations devient prêteur et donc créancier de l’émetteur. En contrepartie de ce prêt, il reçoit généralement un intérêt versé périodiquement (le coupon). Le capital (montant nominal) est en principe remboursé à l’échéance. 
Toute revente d’une obligation avant son échéance peut entraîner un gain mais également une perte.

Option

Instrument financier qui permet à un investisseur d’obtenir le droit, à une date future, d’acheter (call) ou de vendre (put), un actif financier (action, obligation, devises…) à un cours fixé à l’avance. Une option est un produit risqué.

Option binaire

Instrument financier permettant de « parier » sur l’évolution d’un actif tel qu’une paire de devises (Forex), une action, un indice boursier ou une matière première, sur une période pouvant aller de quelques minutes à quelques mois. L’option binaire génère soit un gain (par exemple 75 % de la mise), soit la perte totale de la somme engagée. Les options binaires sont donc très risquées.

Ordre de bourse (actions)

Opération qui consiste à transmettre un ordre d’achat ou de vente sur un marché financier. L’ordre est passé par l’intermédiaire d’un prestataire de services d’investissement (une banque par exemple). Le carnet d’ordres recueille l’ensemble des ordres d’achat ou de vente d’une action et permet ainsi de fixer le prix de l’action. Il existe différents types d’ordres : ordre à cours limité, ordre à la meilleure limite, ordre au marché (ou à tout prix), ordre à seuil de déclenchement (ou ordre stop) ou à plage de déclenchement.

Ordre de bourse à cours limité

Concerne l’achat et la vente de titres (actions, ETF…). Pour obtenir le meilleur prix lors d’une transaction boursière, l’investisseur fixe le prix maximal qu’il est prêt à payer en cas d’ordre d’achat, ou le prix minimal qu’il compte retirer en cas d’ordre de vente. 
Si le prix minimal ou le prix maximal n’est pas atteint pendant la durée de validité de l’ordre, celui-ci est automatiquement annulé.

Ordre de bourse à déclenchement

Concerne l’achat et la vente de titres (actions, ETF…). Ce type d’ordre permet aux investisseurs de définir le prix à partir duquel l’achat ou la vente se fera. Il existe deux types d’ordre « à déclenchement » : 
• l’ordre « à seuil de déclenchement » ; l’achat ou la vente « au marché » est déclenché dès lors que le prix fixé par l’investisseur est atteint ; 
• l’ordre « à plage de déclenchement » ; l’achat ou la vente « à cours limité » est déclenché dès lors que le prix maximal ou le prix minimal fixé par l’investisseur est atteint à la hausse ou à la baisse. Il faut donc indiquer 2 prix dans ce type d’ordre : un prix minimal et un prix maximal. Si le prix minimal et/ou le prix maximal n’est pas atteint pendant la durée de validité de l’ordre, celui-ci est automatiquement annulé.

Ordre de bourse à la meilleure limite

Concerne l’achat et la vente de titres (actions, ETF…). Ce type d’ordre n’est assorti d’aucune indication de prix. A l’ouverture de la séance de la Bourse, il est transformé en ordre à cours limité, avec comme limite le prix d’ouverture. Pendant la séance, il devient un ordre à cours limité au prix de la meilleure offre (ordre d’achat) ou de la meilleure demande (ordre de vente).

Ordre de bourse au marché

Concerne l’achat et la vente de titres (actions, ETF…). Ce type d’ordre consiste à vendre ou à acheter sans limite de prix, dans la limite des quantités disponibles. Il est prioritaire sur autres types d’ordres et est exécuté immédiatement, sous réserve de trouver un acheteur ou un vendeur. Il est exécuté au cours d’ouverture pour les ordres passés avant l’ouverture de la séance de bourse.

Obligation

Une obligation est une part d’un emprunt émis par un émetteur, c’est-à-dire une entreprise, une entité du secteur public ou l’État. Un investisseur en obligations devient prêteur et donc créancier de l’émetteur. En contrepartie de ce prêt, il reçoit généralement un intérêt versé périodiquement (le coupon). Le capital (montant nominal) est en principe remboursé à l’échéance. 
Toute revente d’une obligation avant son échéance peut entraîner un gain mais également une perte.

Option

Instrument financier qui permet à un investisseur d’obtenir le droit, à une date future, d’acheter (call) ou de vendre (put), un actif financier (action, obligation, devises…) à un cours fixé à l’avance. Une option est un produit risqué.

Option binaire

Instrument financier permettant de « parier » sur l’évolution d’un actif tel qu’une paire de devises (Forex), une action, un indice boursier ou une matière première, sur une période pouvant aller de quelques minutes à quelques mois. L’option binaire génère soit un gain (par exemple 75 % de la mise), soit la perte totale de la somme engagée. Les options binaires sont donc très risquées.

PEA (Plan d’épargne en actions)

Permet de développer un patrimoine d’actions tout en bé- néficiant d’une exonération d’impôt (voir le guide fiscal pour plus d’informations). Le PEA ne peut contenir plus de 150.000 euros.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est «-A-la-Bourse-il-y-a-deux-règles-fondamentales-à-respecter.-La-première-est-de-ne-pas-perdre-la-seconde-est-de-ne-jamais-oublier-la-première.-»-Warren-BUFFET--1024x1024.png.

PRU (Prix de revient unitaire)

Coût d’achat d’une action, diminué des frais de transaction appliqués par le broker ou courtier.

SCPI (Société civile de placement immobilier)

Société qui investit l’épargne collectée auprès d’un grand nombre d’investisseurs dans des logements, des locaux commerciaux ou des bureaux qui sont loués. 
L’acheteur de parts de SCPI accède avec quelques milliers d’euros à un patrimoine immobilier diversifié. On parle aussi de « pierre-papier ». 
L’investisseur perçoit un revenu qui évolue avec les loyers perçus et la valeur de ses parts varie, à la hausse ou à la baisse, suivant l’évolution de la valeur du parc immobilier de la SCPI. C’est donc un placement risqué : ni le rendement, ni le capital investi ne sont garantis. Les SCPI sont soumises à l’agrément de l’AMF.

SICAV (Société anonyme à capital variable)

Une SICAV est un organisme de placement collectif (OPC), c’est-à-dire un « fonds d’investissement » qui réunit l’épargne d’un grand nombre d’épargnants pour l’investir dans des valeurs mobilières (actions, obligations…). Cette épargne est investie de façon diversifiée par des professionnels (sociétés de gestion) selon une stratégie annoncée : investissements en actions françaises, internationales…, en obligations en euros, en devises étrangères…, investissements diversifiés en actions et en obligations, etc… En contrepartie de cette gestion diversifiée et professionnelle, des frais sont prélevés chaque année (les « frais courants »). 
Les SICAV sont soumises à l’agrément de l’AMF ou d’une autre autorité européenne

Spéculation

La spéculation est une opération qui vise à miser sur l’évolution future d’une valeur (une action, un bien, une monnaie …) dans l’espoir de percevoir un profit financier. La spéculation entraine une prise de risque qui peut se traduire par une perte financière.

Spread

Le spread est égal à l’écart entre le taux de rendement d’une obligation et celui d’un emprunt « sans risque » de même durée. Il représente le supplément de rémunération (la “prime de risque”) que l’émetteur doit offrir à l’investisseur pour rémunérer le risque qu’il prend en investissant dans son titre. Plus l’investissement est risqué, plus la prime de risque offerte doit être élevée.

Titre financier

Sont considérés comme des titres financiers les titres de capital tels que les actions, les titres de créance (par exemple, les obligations) et les parts de placement collectif.

Trackers (ou ETF pour Exchange Traded Funds)

Un tracker est un fonds d’investissement (un placement collectif) qui reproduit les variations d’un indice. En achetant un tracker, un épargnant s’expose aux variations à la hausse ou à la baisse des titres qui composent l’indice en question sans avoir besoin de les acheter. Un tracker peut être acheté ou vendu en bourse tout au long de la journée de cotation, comme des actions «classiques». 
Les trackers sont soumis à l’agrément de l’AMF ou d’une autre autorité européenne.

Trading / Négociation

Le trading qualifie des opérations d’achats et de ventes sur différents types d’actifs (actions, matières premières, devises…) pour de ayant pour finalité la réalisation d’un profit. Le trading s’effectue généralement par un trader qui achète et vend des produits financiers à partir de la salle des marchés d’une institution financière.

Vente à découvert

Opération consistant à spéculer sur la baisse du cours d’un titre que l’on ne détient pas encore afin de réaliser une plus-value. Les titres vendus devant néanmoins être livrés à leur acheteur, cette opération s’accompagne en général d’un emprunt de titres auprès d’un tiers (cet emprunt pouvant être effectué par un intermédiaire). Pour déboucler l’opération, l’investisseur rachète plus tard le titre afin de le restituer au prêteur. La plus- ou moins-value réalisée correspond alors à la différence entre le prix de vente initiale du titre et son prix de rachat postérieur.

Volatilité

Amplitude de variation d’un titre, d’un fonds, d’un marché ou d’un indice sur une période donnée. Cette amplitude donne une indication sur le risque du placement. Plus elle est élevée et plus le titre, le fonds ou l’indice risque de subir des variations importantes à l’avenir.

Source de cet article : le lexique de l’autorité des marchés financiers, disponible en intégralité ici

Si cette publication vous a plu, alors mon article sur les piliers d’un investissement immobilier performant devrait également vous intéresser !

À votre enrichissement,

Maxime Villeneuve.

Partager cet article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *